Amel a accordé une interview à Thomas Monnier, pour le magazine "Télé Star" paru aujourd'hui.

Extraits:

- Cet album a été fait en plusieurs temps. Il y a eu le temps des rencontres, de la remise en question, l'envie de regarder vers demain et de me réinventer.

...

- Le titre pour Charles était maquetté depuis plus de trois ans, et quand je l'ai enregistré, il était vivant. Au départ, c'était une chanson pleine d'espoir et maintenant elle me met les larmes. J'ai les images qui me reviennent souvent... Le croiser quelques jours avant était un cadeau de Dieu.

 

(En parlant de sa relation à la musique)

- Elle est beaucoup plus apaisée. Avant, je me disais qu'en tant que chanteuse, si je partais en tournée, j'abandonnais mes enfants. Alors que non ! Je vais m'organiser avec mon mec quand je m'absenterai de la maison.

 

(Au sujet du streaming et de son rapport à la dématérialisation de l'objet artistique)

- Honnêtement, je doute que des artistes de mon ancienneté vendent autant d'albums que lors de nos débuts. On se contentera de beaucoup moins... Le modèle de consommation a changé, et il faut l'intégrer.

 

(Retour sur l'oppression, l'agression dont elle a ENCORE fait l'objet dernièrement, en ligne, au sujet de son physique)

- Le Yo-Yo, c'est l'histoire de ma vie, surtout avec les grossesses. Déjà, ça me regarde, d'autant que je suis chanteuse, pas mannequin. Je me demande juste si ce sont les mêmes personnes qui me reprochaient d'être trop maigre... Là, tu prends 5 kilos, tu te fais tacler. Et je ne dénonce même pas pour moi. J'ai presque 34 ans, un mari magnifique et deux enfants merveilleux... Et je compte en faire d'autres! Je n'ai donc plus ce manque de confiance vis-à-vis de mon physique. J'ai réglé ces questions car je suis mariée et que je me sens aimée, telle que je suis.

 

Télé Star du 11-17 Mai 2019